A propos de Julien Gracq

Vous trouverez sur cette page une brève biographie de Julien Gracq ainsi que sa bibliographie. Pour une biographie plus complète, je vous invite à cliquer ici.

Julien Gracq, 1984

Julien Gracq, 1984

Biographie :

Julien Gracq, de son vrai nom Louis Poirier est né en 1910 à St Florent-le-Vieil, dans le Maine-et-Loire.

À l’école, Julien Gracq est un élève remarquable. Il obtient son baccalauréat avec mention très bien en 1928. Inscrit à l’école normale supérieure et en même temps à l’école libre des sciences politiques, Julien Gracq étudie la géographie. Son premier texte, sorti en 1934, s’y consacrera d’ailleurs : « Bocage et plaine dans le sud de l’Anjou ».

Agrégé d’histoire et de géographie en 1934, il enseignera dans de nombreux établissements, tout en poursuivant une carrière littéraire sous son pseudonyme, pour bien différencier ses deux fonctions.

Ecrivain tardif, Julien Gracq se lance en 1937 dans l’écriture avec Au Château d’Argol. Mais le roman refusé par les éditions de la NRF ne paraitra qu’en 1939, après une rencontre avec José Corti, l’éditeur des écrivains surréalistes et chez qui la grande majorité de ses romans sera publiée.

La Seconde Guerre mondiale, durant laquelle il sera mobilisé dans l’infanterie de 1939 à 1941, se reflètera dans ses prochains romans : Rivages des Syrtes (1951) et Balcon en forêt (1958).

Au sortir de la guerre, il publie de nombreux ouvrages (romans, poésies, théâtre), dont Un beau ténébreux en 1945, Liberté grande en 1946, Le roi pêcheur en 1948, Préférences en 1961, Lettrines en 1967, La presqu’île en 1970.

Le rivage des Syrtes de Julien Gracq a obtenu le prix Goncourt de 1951. Mais l’auteur « aussi résolument que possible, non-candidat » refuse la récompense, une première depuis l’existence du prix, ce qui déclenchera une multitude de polémiques et de critiques. Il sera également l’un des rares auteurs à être publié de son vivant dans la Pléiade.

À sa mort en 2007, Julien Gracq a cédé l’ensemble de ses manuscrits à la bibliothèque nationale et à la bibliothèque universitaire d’Angers.

Bibliographie :

Tous les ouvrages de Julien Gracq ont été publiés aux éditions José Corti – il a toujours refusé que ses livres soient publiés au format poche – à l’exception de Prose pour l’étrangère, publié à 63 exemplaires.

  • Au château d’Argol, (1939)
  • Un beau ténébreux, (1945)
  • Liberté grande, (1946)
  • André Breton, quelques aspects de l’écrivain, (1948)
  • Le Roi pêcheur, (1948)
  • La Littérature à l’estomac, (1950)
  • Le Rivage des Syrtes, (1951)
  • Prose pour l’étrangère, (1952)
  • Un balcon en forêt, (1958)
  • Préférences, (1961)
  • Lettrines I, (1967)
  • La Presqu’île, (1970)
  • Lettrines II, (1974)
  • Les Eaux étroites, (1976)
  • En lisant en écrivant, (1980)
  • La Forme d’une ville, (1985)
  • Proust considéré comme terminus, suivi de Stendhal, Balzac, Flaubert, Zola, (1986)
  • Autour des sept collines, (1988)
  • Carnets du grand chemin, (1992)
  • Entretiens, (2002)
  • Plénièrement (Éditions Fata Morgana, 2006) (réédition d’un texte d’hommage à André Breton publié dans la NRF en 1967)
  • Manuscrits de guerre, (2011)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s